18 mai 2016

WGT 2016 jour – 1

 

Nulle intention ici de jouer au critique d’art ou quoi que ce soit d’autre si ce n’est de narrer quelque peu nos pérégrinations et rencontres lors de ce Wave Gothic Treffen 2016. Notre expérience pourra toujours servir à d’autres qui désirent se rendre à ce festival international qui regroupe près de 20.000 personnes chaque année et qui pour cette année 2016 totalisait 243 concerts officiels. Je dis officiels puisque durant cette période il y aussi des événements Off voire même un festival dans le festival avec le Gothic Pogo, on en reparlera.

Day 1, trois concerts, une saucisse

Arrivés un peu tardivement sur site, nous avons pris possession de l’appart que nous avions loué par le biais d’un site très connu à une jeune étudiante. Bref c’est bien pratique notamment pour disposer d’une cuisine et cela évite de manger des saucisses tous les jours. N’oublions pas que nous sommes à Leipzig, en Allemagne, où la curry wurtz règne en maître sur l’art culinaire du festival.

13087914_10154783707173998_3668450470404255433_nLes valises posées, une fois rafraîchis, il est temps de tracer vers l’Agra, le centre névralgique, pour beaucoup, du festival afin  d’aller échanger nos places pour y obtenir les fameux bracelets qui nous permettrons d’assister à tous les concerts que nous souhaiterions voir. J’ai bien conjugué le verbe souhaiter car respecter une programmation et un véritable casse tête pour tout festivalier, d’une part du fait des sites dispersés dans la ville mais aussi du fait des choix cornéliens à effectuer entre plusieurs groupes qui passent en même temps.

20160513_205736Bref pour moi le festival débute par une déception, celle de ne pas pouvoir voir James Ray Gang War, un de mes groupes fétiches des années 80 dont le style est proche des Sisters of Mercy. De même, j’aurais été intéressé par The House of Usher dans la même salle du Felsenkeller (une église transformée en salle de concert), mais là pas possible, Hante se produit au même moment au StadtBad. Hélène de Thoury y produit un bon son et sa composition ne laisse pas indifférent, je vous laisse écouter…

13230337_10154188373137258_6100580550177299277_nA la fin du concert pas le temps de chiner, il faut repartir vers l’Agra pour après 30mn de Tram pouvoir profiter de Nouvelle Vague et du gros concert du soir Peter Murphy qui reprend Bauhaus. Cela fait des années qu’on connait Nouvelle Vague, mais je ne les avais jamais vues en concert ce qui est désormais chose faite ! Je n’ai pas été déçu du voyage, car elles ont la pêche et ont fait vibrer la salle et la foule sombre présente au rythme des cover des morceaux les plus connus de la New wave. Peter Murphy, quant à lui, reste exceptionnel. Sa voix n’a pas bougé d’un iota, et entendre de nouveau She’s in party, Dark Entries… est un véritable bonheur. Il se permettra même après le rappel de rendre hommage à Bowie en reprenant Space Oddity ! Seul regret, pas de Bella parce qu’il n’avait pas envie de la jouer, « Fuck Bella » dixit Peter Murphy.

Voilà fin de la première journée. Il y est 3 heures. On a vu 3 concerts, marché 10 bornes. On rentre tôt, mais le festival ne fait que commencer, et là on se dit… bon sang j’ai déjà mal aux pieds.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*